Daily Cannes ! Dans Close, Lukas Dhont met en scène la fin de l’enfance

Après Girl, foudroyante caméra d’or en 2018, Le belge Lukas Dhont présente cette année son second long métrage Close, en Compétition Officielle au 75ème Festival de Cannes. Le cinéaste nous conte une histoire sensible sur la fin de l’enfance et la recherche de l’identité.

Léo et Rémi, 13 ans sont amis depuis toujours jusqu’à ce qu’un événement impensable les sépare. Léo se rapproche alors de Sophie, la mère de Rémi pour essayer de comprendre….

Le casting est formidable. Tout se déroule dans les non-dits, dans la retenue du personnage principal, le jeune acteur captivant Eden Dambrine qui crève l’écran. Face à lui son copain Rémi, campé par Gustav De Waele. Côté parents le cinéaste collabore avec deux figures d’actrices qui incarnent parfaitement ces mères de pré-adolescents. La blonde Léa Drucker et la brune (pour le coup ancienne Rosetta, Palme d’or des Dardenne en 1999 et prix d interprétation féminine à Cannes), la talentueuse Émilie Dequenne.

Le cinéaste met en scène avec talent et esthétisme une histoire délicate et bouleversante au rythme des saisons, des gestes du travail, ceux de la culture des fleurs. Prétexte esthétique parfait. Le cinéaste renoue ainsi avec la tradition, la manière de filmer  les gestes du travail à la fois au cinéma et en peinture. En même temps il filme cette histoire au ton singulier avec un regard neuf, personnel et intense.