Daily Cannes! Cold War de Pawel Pawlikowski, une histoire d’amour vibrante entre l’est et l’ouest, des deux côtés du rideau de fer

Réalisateur de Ida, Pawel Pawlikowski signe Cold War, une comédie dramatique sur une passion amoureuse impossible entre deux personnages entiers inspiré par ses parents, dans la Pologne d’après-guerre, en pleine Guerre froide. Les protagonistes Wiktor et zula portent même leurs noms. Le film est présenté en Compétition Officielle au Festival de Cannes. Sa réalisation parfaitement maitrisée et sa photographie superbe, en noir et blanc et dirigée par Lukasz Zal, en font un outsider.

Les deux héros, glamours au possible rappellent le film noir. Wiktor, Tomasz Kot, brun ténébreux cigarette au bec, est un compositeur reconnu en Pologne. Zula, Joanna Kulig, est une lumineuse chanteuse blonde au fort caractère. Ils se rencontrent en Pologne où Zula se présente à une école, « un collectif » plus précisément, de chant et de danse. Wiktor tombe sous le charme et la sélectionne. De cette rencontre naitra une histoire d’amour, ponctuée de séparations entre l’Europe de l’est et celle de l’ouest.

ColdWar-1

L’histoire d’amour est d’autant plus bouleversante qu’elle est soumise aux restrictions politiques staliniennes de l’époque. Wiktor se voit encouragé à amener la troupe de danse à chanter des textes à la gloire du parti communiste comprenant des thèmes comme la réforme agraire ou ce genre de sujets passionnants. Le succès aidant, un voyage de la troupe à Berlin devrait permettre aux amoureux de passer à l’ouest…

Le passage du rideau de fer est une vraie fracture dans la vie des protagonistes, accentuée par le contraste des ambiances musicales. Tandis que les chants traditionnels paysans retentissent en Pologne, où l’on sent la femme bien à sa place chanter son petit mari, c’est le jazz qui est en vogue à Paris, dans un milieu artistique en pleine ébullition.

Pawel Pawlikowski raconte une belle histoire d’amour complexe, impossible, à une époque qui l’est tout autant. Ce film nous montre ce que vivre dans une société totalitaire signifie et nous fait prendre conscience de la préciosité de notre liberté.