« J’aimerais que l’on reçoive mes films comme des chansons » Mikaël Hers, Les Passagers de la Nuit

Quatrième long métrage de Mikaël Hers, Les passagers de la nuit met en scène des personnages complexes multifacettes, fragiles et forts à travers une cellule familiale protéiforme magnifiée par Charlotte Gainsbourg. Le cinéaste aime les histoires profondément humaines dont émane une sensibilité troublante de réalisme liée à la pureté des émotions. C’était le cas dans son précédent long métrage Amanda, une superbe chronique parisienne autour des attentats. Le cinéaste porte un regard neuf sur Paris et ses habitants, à la fois désuet et rafraîchissant. Il efface celui d’une génération de cinéastes passée par la Fémis (comme lui) à la vision plutôt intimiste, intellectuelle et autocentrée de personnages enfermés dans de grands appartements haussmanniens. Ici l’émotion l’emporte pour celui qui voudrait « que l’on reçoive ses films comme des chansons ». Bonnet beige vissé sur la tête, T-shirt noir des Stones roses annonçant un petit côté rock. Terrien et rêveur Mikaël Hers ? Interview.

Lire la suite