32e FIFF! Dans Carré 35, Eric Caravaca part sur les traces de sa soeur décédée à travers la grande Histoire, Bouleversant

5c

Carré 35 est un documentaire réalisé avec beaucoup de finesse par l’acteur et réalisateur Eric Caravaca (Le Passager). Ecrit, réalisé avec tact et poésie, le film mélange interviews, images d’archives et films de famille en 8 millimètres. Il a été présenté hors Compétition à Cannes et est en Compétition Officielle au FIFF, à Namur.

carre35_04
Le cinéaste débute une enquête pour connaître l’histoire de sa petite soeur décédée très jeune, dont il n’a entendu parler que très tardivement. « A l’adolescence » témoignera son frère « on a vaguement entendu parler de Christine et de maladie bleue ». Le cinéaste interrogera alors sa mère, personnage central du récit qui a visiblement tourné la page en brûlant les photos de sa fille. Il commence à revenir sur l’histoire familiale pour se rapprocher de celle de cette petite fille en apparence oubliée par ses parents. Le mystère s’épaissit et conduit le cinéaste à croiser la grande Histoire avec celle de ses parents pour comprendre et faire émerger le passé. Ses grands-parents espagnols ont émigrés au Maroc en 1912. Ses parents se sont rencontrés en 1950 au Maroc, sont ensuite allés en Algérie puis revenus au Maroc avant de partir en France. Le cinéaste cherche une logique aux déplacements familiaux face aux événements historiques que sont les révolutions et guerres de l’époque.

carre35_03

Eric Caravaca suit et note toutes les contradictions, les mensonges autour du décès de Christine, comme sa mère qui change de nom régulièrement. Le point d’orgue apparaît lorsqu’il interroge son père, plus réservé, qui décèdera pendant le documentaire. L’homme s’empêtre dans ses mensonges, affirmant que Christine est morte à 4 mois alors que le cinéaste a découvert qu’elle est morte à 3 ans. Ce moment est terrible émotionnellement.

carre35_01
Cette enquête extrêmement émouvante pour connaître davantage une sœur décédée va bien au-delà de son sujet. Car le film découvre les limites de l’être humain et de ses capacités à assumer de douloureuses vérités. Le cinéaste lève dans ce documentaire un énorme secret familial. On en sort bouleversé.