Fatwa de Mahmoud Ben Mahmoud, enquête sur un fils éperdu

4c

Réalisé par ​Mahmoud Ben Mahmoud, Fatwa prend place dans la Tunisie de 2013. Ce drame s’insère dans un courant de fictions tunisiennes clairvoyantes sur l’état du pays et le malaise qui y règne après les espoirs amenés par le printemps arabe de 2010. Mahmoud Ben Mahmoud signe un drame délicat et poignant, au scénario judicieusement écrit, qui ne dévoile le récit que progressivement avec en filigrane une dimension de thriller. On trouve une grande dimension humaine et d’intelligence dans ce film. Le film a été sélectionné​ dans de nombreux festivals et a remporté le Tanit d’or du Meilleur film et la Meilleure interprétation masculine aux Journées cinématographiques de Carthage.

5940-fatwa-4-2

Installé en France depuis son divorce, Brahim Nadhour revient à Tunis pour y enterrer son fils Marouane décédé dans un accident de moto. Par la force des choses ce père meurtri pénètre peu à peu dans la vie de son enfant disparu et découvre qu’il militait dans une organisation salafiste. Il va suivre ses traces et rechercher ceux qui l’ont endoctriné. De voisinage en voisinage, ce père accablé va commencer à douter de la vérité de cette disparition.

5942-fatwa-4-10

Le ténébreux et peu loquace Brahim, Ahmed Hafiane, redécouvre la Tunisie et ses changements après s’être installé quelques années auparavant en France. Il va mener une enquête minutieuse dans le quartier et le quotidien de son fils disparu afin d’essayer de comprendre et d’accepter son décès. Il découvre que les commerces ont changé dans cette partie de Tunis (les bars et cinémas ont disparu…) et que les habitants sont partis laissant la place aux intégristes religieux. Le cinéaste montre avec intelligence les tensions dans la population entre une religion musulmane ouverte et pacifiste (celle du père) et l’obscurantisme, notamment à travers celui prôné par le nouvel Imam de la mosquée.

5939-fatwa-4-1

Brahim paraitrait un père parfait si son ex-épouse Loubna, Ghalia Benali, ne lui reprochait d’avoir abandonné son fils 3 ans auparavant. Loubna est une femme exceptionnelle. Protégée par deux policiers, « Elle a écrit un livre » entendra -t-on plusieurs fois. Cette femme, intellectuelle, athée, est la cible des fanatiques religieux à cause de ses écrits. Ghalia Benali (entretien) excelle dans ce rôle de femme à l’intelligence acérée, en proie aux douleurs de la perte d’un fils dans une société où elle ne vit plus en sécurité.

5945-fatwa-11-2

Mahmoud Ben Mahmoud réalise un film profondément lucide et complexe qui ne caricature pas les faits, mais au contraire plonge dans les détails grâce à la quête de ce père qui se sent coupable d’être parti au loin. Le faire enquêter au sein d’un même quartier, confronter les voisins, les gens qui se croisent tous les jours est une riche idée qui explicite parfaitement le contexte social et politique de l’époque. Il apprendra de ce fils par sa mère et par une de ses amies qu’il était désespéré. Un contexte et des faits qui amèneront les départs de ces fils devenus djihadistes comme le raconte également le film tunisien Weldi, mon cher enfant de Mohamed Ben Attia.

Entretien avec Ghalia Ben Ali