Dans « Weldi, mon cher enfant », Mohamed Ben Attia creuse le fossé générationnel d’une société tunisienne mondialisée

Pour son second long-métrage, Weldi, mon cher enfant, Mohamed Ben Attia réalise un drame à la fois sociétal et intimiste. Le cinéaste dresse le portrait d’une cellule familiale et au-delà, établit un état des lieux de la société tunisienne actuelle. Hedi, Un vent de liberté avait remporté le Prix du Meilleur premier film à la Berlinale 2016 et l’Ours d’Argent du Meilleur Acteur. Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, Weldi, mon cher enfant est en Compétition Officielle au FIFF à Namur. Lire la suite