« J’ai envie que leurs mots habitent le film », Nabil Ayouch, Haut et fort (Casablanca Beats)

En juillet dernier on découvrait Casablanca Beats (Haut et fort) de Nabil Ayouch (Muched loved, Razzia) en Compétition au Festival de Cannes. On était happés par la puissance d’un récit décuplée par l’énergie d’une jeunesse marocaine étouffée qui y exprimait sa liberté à travers le Hip Hop et la danse. Le long métrage nous transfusait une furieuse envie d’écouter et de comprendre cette jeunesse. Très actif sur la scène des réseaux de la production cinématographique au Maroc, Nabil Ayouch a également produit le long métrage Adam de Maryam Touzani (co-scénariste de Casablanca Beats) sélectionné à Un Certain Regard à Cannes en 2019. Le cinéaste franco-marocain devait accompagner son dernier long métrage début décembre au Cinemamed à Bruxelles. Suite à la recrudescence de la crise sanitaire, les frontières du Maroc se sont subitement refermées et c’est par zoom de son bureau que Nabil Ayouch prend le temps de l’entretien nous illustrant sa démarche si particulière. La sortie en salle est prévue chez nous le 5 janvier. Un long métrage dont le propos résonne déjà bien au-delà du Maroc.

Lire la suite