Ballad of a white cow (Le Pardon), la guerre du droit

En signant Ballad of a white cow (Le Pardon) Maryam Moghaddam et Behtash Sanaeeha prennent le pouls de la société iranienne actuelle par le biais de la justice. Ils en dressent un portrait intelligent et fouillé et montrent l’homme face au cynisme d’un système. Les cinéastes n’ont malheureusement pas l’autorisation de montrer le film en Iran. Il poursuit cependant une tournée internationale dans de beaux festivals en commençant cette année par la Berlinale.

Lire la suite