Daily Cannes ! Le Lac aux oies sauvages de Diao Yinan, un film de gangster dans les bas-fonds Chinois – Compétition Officielle

4c

Ours d’Or à Berlin pour Black Coal, Diao Yinan présente en Compétition Officielle à Cannes Le Lac aux oies sauvages (The Wild Goose Lake), un thriller sombre très esthétisant. Ce film de genre est réalisé avec une superbe mise en scène. On plonge dans la Chine au milieu des gangs qui se disputent le territoire en volant des motos. Lors d’une réunion au sous-sol d’un hôtel de  » cours de vols de moto », les esprits des familles rivales s’échauffent, un tir part. Le frère jumeau d’un chef de gang s’écroule. Ce sera le début d’une course effrénée contre Zhou Zhenong, Ge Hu, chef de la bande du tireur. Il rencontrera une baigneuse, une prostituée du lac, Liu Ai’ai, Gwei Lun Mei qui lui viendra en aide.

thumb_65220_film_film_big

La mise en scène va transformer ces personnages en corps perdus, se croisant, errant dans ce quartier où la loi de la jungle règne. L’eau est omniprésente dans le récit et l’on notera une bande son très imposante. Que les personnages discutent dans la gare sous une averse ou autre, tout nous rappelle l’eau du lac. Lorsque ce n’est pas un son tonitruant de pluie, un énorme climatiseur qui prend le relais.

thumb_65223_film_film_big
C’est donc un thriller noir sur fond de romance auquel nous convie Diao Yinan, sans oublier de distiller une critique du pays, dans la lignée du cinéaste Jia Zhang-Ke. Non sans humour il dresse un portrait de la société de consommation qu’est devenue la Chine. La chorégraphie très réussie des hommes chaussés de baskets lumineuses, le flic habillé clinquant pour partir en mission. Celui-ci qualifie son t-shirt de « Versace » et sera corrigé par son boss, le qualifiant de « contrefaçon ».

thumb_65222_film_film_big

Liao Fan interprète cet inspecteur à la tête de ses agents. Diao Yinan dresse ainsi une caricature de la police incapable de trouver un homme dans un quartier qu’ils qualifient eux-mêmes de zone de non-droit. D’ailleurs ils sont traités comme des troupes, face aux bandes, à la limite du para-militaire dans certains plans, déployant de gros moyens pour peu de résultats.