Louis Garrel est Le redoutable Jean-Luc Godard dans une comédie hommage de Michel Hazanavicius – Sortie le 13/9

3c

Voilà un pari osé dans lequel se lance Michel Hazanavicius, lauréat de l’Oscar du Meilleur réalisateur et celui du Meilleur film pour The Artist, en réalisant un long métrage sur un mythe, Jean-Luc Godard. Il créé une comédie avec le parti-pris audacieux d’utiliser les processus narratifs de Godard quitte à les détourner. Le film a été sélectionné en Compétition Officielle au dernier Festival de Cannes. Son titre vient du Redoutable, le premier sous-marin nucléaire français, qui, comme on l’entendra à la radio, « est toujours prêt à attaquer malgré son calme apparent ».

Louis Garrel et Stacy Martin-Le Redoutable  ©Les Compagnons du Cinéma
Louis Garrel et Stacy Martin-Le Redoutable ©Les Compagnons du Cinema – Photo Philippe Aubry

Paris 1967. Cinéaste en vue, Jean-Luc Godard tourne La Chinoise, avec Anne Wiazemsky, de 20 ans sa cadette, à qui il va demander la main. Le récit, inspiré des écrits d’Anne Wiazemsky Un an après et Une année studieuse, suit l’histoire du couple, entre amour, révolution et cinéma. L’échec de La Chinoise va déclencher chez le cinéaste une crise existentielle et une profonde remise en question, parallèlement au climat sociétal perturbé de 1968. Godard veut faire la révolution et un cinéma neuf, dépossédé des carcans bourgeois du classicisme. Anne l’accompagnera de son amour dans cette périlleuse traversée.

Louis Garrel - Le Redoutable ©Les Compagnons du Cinéma - Photo Philippe Aubry
Louis Garrel – Le Redoutable ©Les Compagnons du Cinema – Photo Philippe Aubry

Cheveux dégarnis, épaisses lunettes foncées, Louis Garrel est époustouflant en Jean-Luc Godard. Dans un rapport son image inversé, l’acteur sera d’abord présent à l’image avec en off la voix de Anne. On découvrira sa voix plus tard, en off, sur son image à elle. Quand le mimétisme est poussé jusqu’au cheveu sur la langue du maître, on est bluffé par la ressemblance. Stacy Martin (La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil de Joann Sfar) aux allures d’égéries des sixties, interprète joliment son épouse, Anne Wiazemsky, petite-fille du Prix Nobel de littérature François Mauriac. Autour du couple évoluent les amis de cette époque troublée. Notamment le couple Michèle Rosier, Bérénice Béjo – Micha Lescot, Jean-Pierre Bamberger et Michel Cournot, Grégory Gadebois qui se désespérera de l’annulation du Festival de Cannes puisque son film y était sélectionné.

Stacy Martin et Bérénice Béjo -Le Redoutable ©Les Compagnons du Cinéma - Photo Philippe Aubry
Stacy Martin et Bérénice Béjo -Le Redoutable ©Les Compagnons du Cinema – Photo Philippe Aubry

Michel Hazanavicius, coupable des deux OSS117 en connait un rayon en comédie. Dans son film on retrouve l’humour, l’esprit vif et piquant des films de JLG, lui-même intelligent et pince-sans-rire. Un homme complexe et habité de doutes, se questionnant sans cesse, mais drôle, même si la comédie se déroule sur un fond dramatique. Les répliques fusent et Michel Hazanavicius ne craint pas le gag. Des plaisanteries franchement drôles comme Godard qui marche à reculons pour « ne pas faire comme tout le monde » ou un peu trop répétitives, comme celle des lunettes cassées.

Louis Garrel et Stacy Martin-Le Redoutable ©Les Compagnons du Cinéma - Photo Philippe Aubry
Louis Garrel et Stacy Martin-Le Redoutable ©Les Compagnons du Cinema – Photo Philippe Aubry

Au-delà du pastiche et d’un Godard désacralisé, on retiendra une narration assez libre de Michel Hazanavicius qui s’inspire des procédés narratifs de son modèle en les détournant. Regards face caméra, désynchronisations son-image (comme cette scène ou le couple est au cinéma et dont les phrases sont reprises par les bouches des héros du Jeanne d’Arc de Dreyer qu’ils visionnent), noir et blanc, titrages en grosses lettres rouges, messages incrustés dans le décor…  Avec également une palette de tons colorés, très pop, rappelant les sixties. On retrouve aussi des références plus directes aux films de Godard comme ces nus filmés à la façon du Mépris. Plusieurs narrateurs se relaient dans le récit que nous conte la voix-off. La dernière sera celle de Michel Subor, l’acteur principal du Petit Soldat. Hommage plutôt tendre d’un cinéaste à un autre.