120 battements par minutes de Robin Campillo, l’urgence des malades du sida sous Mitterrand. Vif et déchirant – En salle le 23 aout

4c

120 battements par minute est un portrait de groupe douloureusement intime et criant de vérité qui a fait l’unanimité de la critique au Festival de Cannes par l’émotion qu’il a suscité, car ce film touche au cœur.  Il a finalement esquivé la Palme pour remporter le Grand Prix du Jury. Ce long-métrage nerveux, à l’écriture rapide, au plus près de ses personnages, épouse l’urgence qu’impose leur situation. Ancien militant d’Act Up, le réalisateur Robin Campillo va au bout de son sujet dans un scénario co-écrit avec Philippe Mangeot, lui-même un ancien président de l’association. Lire la suite